Le PEA jeune : petit nouveau de la loi PACTE

Expert Benoît Fruchard
Benoît Fruchard
Mis à jour le 21 juin 2021

Vous êtes majeur mais n’êtes pas encore entré dans la vie active. Vous poursuivez des études et dépendez financièrement de vos parents. Les projets se bousculent dans votre tête et vous aimeriez en réaliser quelques-uns à moyen terme : acheter un bien immobilier, monter votre entreprise, voyager autour du monde… Pour les financer, vous songez alors à épargner et en tirer un bénéfice. Le PEA jeune, le petit frère du plan d’épargne en actions, est un outil qui vous convient. Que recouvre ce dispositif financier ? Quelles sont les conditions pour y souscrire ? Quels avantages pouvez-vous en tirer ? Vous trouverez ci-dessous, les réponses à ces questions.

Le PEA jeune : petit nouveau de la loi PACTE : Définition et fonctionnement

À l’origine, le PEA n’était pas destiné aux personnes majeures rattachées au foyer fiscal de leurs parents. Seuls les jeunes actifs qui déclaraient directement leurs impôts pouvaient y prétendre. En effet, nous vous rappelons que vous ne pouvez pas avoir plusieurs PEA ou PEA-PME par foyer fiscal, seulement doubler le plafond pour un couple marié ou pacsé.

Il est désormais possible d’ouvrir un PEA quand on est jeune, âgé de 18 à 25 ans, et toujours lié au foyer fiscal de ses parents. La loi PACTE, votée le 22 mai 2019, a créé pour ceux qui sont dans cette situation le PEA jeune.

Le PEA jeune comporte les mêmes caractéristiques que le PEA :

  • Il est ouvert, au choix, dans une banque ou une assurance
  • Il ne peut être attribué qu’un seul PEA jeune par personne
  • Les investissements ne peuvent être dirigés que dans les entreprises immatriculées dans l’Espace économique européen.
  • La valeur du PEA jeune peut dépasser le plafond des versements autorisés si elle est alimentée par les gains provenant des placements.
  • Le titulaire du compte bénéficie d’avantages fiscaux au bout des 5 années après son ouverture.

Quel est le plafond du PEA jeune ?

L’ouverture d’un PEA jeune comporte une contrainte. Son plafond qui est bien plus bas que celui du PEA classique. Les versements sont limités à 20 000 €.

Notez bien que le PEA jeune que vous souscrivez est indépendant de ceux appartenant à vos parents. Prenons l’hypothèse où chacun d’eux possède un PEA dans lequel ils ont déposé la somme maximale de 150 000 €. Cela n’est pas pris en compte pour les versements effectués sur votre PEA jeune. Votre seule limite est le plafond de 20 000 €.

Ce seuil est, tout de même, important comparé à un autre instrument d’épargne destiné aux 12-25 ans, le livret jeune. Ce dernier est plafonné à 1 600 € et il ne comporte aucun bénéfice fiscal.

De plus, n’oubliez pas que les versements sont limités à 20 000€ mais vous pouvez dépasser ce plafond grâce à vos intérêts, dividendes et plus-values.

Exemple : Vous versez 20 000€ sur votre PEA Jeune. L’année suivante, vous réalisez une plus-value de 500€ et obtenez 300€ de dividende. Votre PEA Jeune s’élèvera alors à 20 800€, de plus, vous pouvez bien entendu réinvestir les 300€ de dividendes dans ce même PEA Jeune.

Les avantages et les inconvénients du PEA Jeune

Vous avez terminé les études, ou alors vous venez de fêter vos 26 ans. Dans ces conditions, vous n’êtes plus rattaché au foyer fiscal de vos parents. Les critères pour détenir un PEA jeune sont donc révolus. Que devient-il ?

Pas de motifs d’inquiétude, la loi PACTE a prévu ce cas. Votre PEA jeune se transforme tout simplement en PEA classique et vous conservez le bénéfice de son antériorité fiscale.

Si vous avez, par exemple, ouvert votre PEA jeune à 22 ans, il deviendra un PEA classique lorsque vous aurez atteint l’âge de 26 ans. Vous pourrez bénéficier des avantages fiscaux, 5 ans après l’ouverture de votre PEA jeune, c’est-à-dire à 27 ans.

En attendant ce délai de 5 ans, vous ne pourrez pas piocher dans ce compte, sous peine de clôturer votre PEA jeune. Veillez à bien évaluer les sommes que vous pouvez y mettre et dont vous pouvez vous passer pendant un certain temps.

Si vous êtes un parent soucieux de bien préparer l’épargne de votre progéniture. Ouvrez-lui un PEA Jeune dès ses 18 ans. Une fois les 26 ans atteint, il aura un PEA avec une antériorité fiscale complète et un nouveau plafond de versement à 150 000€.

Comment et sur quel support peut-on investir sur son PEA Jeune ?

Lorsque vous souscrivez un PEA jeune, le panel d’investissements autorisés est identique à celui du PEA classique : achat direct d’actions, SICAV, OPCVM, ETF et trackers. Ces titres doivent provenir d’entreprises de l’Union européenne ou de l’Espace économique européen (Islande, Norvège, Lichtenstein).

Vous pouvez très bien choisir, vous-même, vos placements. Cela vous donnera une expérience des mécanismes boursiers. Avec le temps, vous pourriez mieux discerner les investissements prometteurs.

Si vous préférez diminuer les risques, vous pouvez déléguer la gestion de votre PEA jeune à un spécialiste. Des sociétés de gestion ou des courtiers en bourse offrent leurs services en ce domaine. Vous devrez, bien sûr, les rémunérer. En général, les frais des banques et des courtiers en ligne sont plus faibles que ceux des intervenants financiers traditionnels.

PEA jeune ou assurance-vie : que choisir ?

Si l’on compare le PEA jeune avec l’assurance-vie, il est plus restrictif au niveau des conditions d’ouverture. Il n’est pas destiné aux personnes mineures. L’assurance-vie offre cette possibilité. Dès la naissance, s’ils le souhaitent, les parents peuvent en souscrire une pour leur enfant. C’est un moyen de lui constituer un patrimoine et lui faire bénéficier des avantages fiscaux propres à ce dispositif. C’est également la garantie d’exempter leur héritier d’impôts sur les successions, s’ils venaient à disparaître.

D’autre part, on peut ouvrir plusieurs assurances-vie pour le même titulaire et elles ne sont pas plafonnées. Leur panel de placements est plus important que celui du PEA, puisqu’elles incluent les obligations.

Le plan d’épargne en actions est plus intéressant en matière fiscale. L’assurance-vie n’offre une réduction que de 5,3 % sur l’impôt sur les valeurs mobilières (7,5 % au lieu de 12,8 %). Et il faut attendre 8 ans pour en bénéficier. Tandis que le PEA exonère complètement le titulaire de cet impôt après un délai de 5 ans. Dans les deux cas, les cotisations sociales de 17,2 % sont dues.

Pour profiter de cette fiscalité favorable au plus tôt, n’hésitez pas, dès maintenant, à ouvrir un PEA jeune, même avec des fonds modestes. Aucun versement minimum n’est requis. Vous pourrez, durant ce délai de 5 ans, alimenter votre compte selon vos disponibilités financières.

Comment et chez qui ouvrir un bon PEA Jeune ?

Est-ce parce qu’il est encore récent ? Il n’est en vigueur que depuis août 2019. Est-ce parce qu’il cible une catégorie d’âge qui pense plutôt études et avenir professionnel qu’investissement en bourse ? Le PEA jeune n’est pas délivré par tous les établissements bancaires. Pour vous éviter de perdre votre temps en interrogeant chacun d’entre eux, vous trouvez ci-dessous ceux qui proposent ce produit.

Vous pouvez ouvrir un PEA jeune dans les banques suivantes :

  • BNP Paribas
  • Crédit Agricole
  • La Banque Postale
  • LCL
  • Crédit Mutuel Alliance Fédérale
  • CIC
  • Société Générale

Quelques banques en ligne proposent aussi le PEA jeune :

  • Boursorama
  • Bourse Direct
Il est nécessaire de remplir ce champs.
Votre nom est requis.